VIDEO. Tanzanie

Entouré du Nord vers le Sud par le Kenya, l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi, le Congo-Kinshasa, la Zambie, le Malawi et le Mozambique, la Tanzanie n’est qu’à quelques degrés de l’équateur et il ne serait pas déconnant de s’attendre à un décor tropical. Mais non, la Tanzanie est bien un pays de savane, abritant le très réputé Kilimandjaro, le cratère fascinant du Ngorongoro, une surabondante méga-faune et l’île édénique de Zanzibar.

Dans cette vidéo que j’ai réalisé moi-même du début à la fin, j’ai voulu — plus que de créer un film de vacances — partager mes découvertes sur ce pays, et ce que j’ai eu la chance d’apercevoir de ses paysages, de sa richesse, et de sa culture. Nous suivons le voyage dans l’ordre chronologique de mon appréhension — le compteur de jour le rappelle bien. J’ai pourtant pris la liberté de redécouper cette chronologie en différent tableaux (décris ci-dessous) que j’ai marqué de l’ambiance qui me semblait retranscrire avec le plus de fidélité mon impression sur place. Le détail de ces tableaux, avec des informations complémentaires manquantes dans ce contenu audiovisuel, est disponible en-dessous de la vidéo.

(Ouvrir dans YouTube pour mettre en plein écran)

Tableau 1 : Maasai

C’est dans la savane tanzanienne, au pied du Kilimandjaro, que nous rencontrons la première tribu Maasai. Ces polygames se reconnaissent à leurs habits rouges et noirs, « carrelés ». Ils s’occupent de leur bétail avec beaucoup d’attention, car comme dirait notre guide, « la richesse des Maa, c’est non seulement les femmes, mais aussi le bétail. » Ils se nourrissent exclusivement de viande, car ils refusent de prendre à la terre ce qu’ils n’ont pas produit eux-mêmes. Le loshoro est une boisson traditionnelle que nous avons eu la chance — si j’ose dire — de goûter : il s’agissait d’un breuvage certainement fermenté, à base de lait de chèvre. N’allez pas me demander pourquoi il y avait dedans des grumeaux de la taille de petites billes, car non seulement je n’en ai pas la moindre idée, mais en plus, je préfère ne pas y penser. Ils parlent le kiswahili, et bien que Hakuna matata fasse réellement partie de leur langue et de leur chanson d’adieux, c’est une expression pour les touristes. Ils disent davantage quelque chose comme Hakuna mate — mais il ne faut pas là me prendre au mot, je ne me souviens plus.

Tableau 2 : Arusha

Bon, là les images font un bien plus gros boulot que les mots. C’est une ville tanzanienne, Arusha. Rien d’autre à ajouter. C’est une grande ville, typique.

Tableau 3 : Tarangire

Il s’agit d’une réserve naturelle animalière. Là-dessus j’ajoute pas grand chose. Seulement cette nuit là eut lieu la demi-finale de la Coupe du Monde de la FIFA 2018 — ouais j’avais oublié de préciser que c’était en 2018 — sauf qu’on était dans ce qu’on appelle dans le jargon africain « la brousse ». Le wifi était évidemment électrique — déjà y en avait —, et l’électricité était solaire… mais ce jour-là, il n’avait pas fait très soleil ! Résultat : les batteries étaient mal chargées, donc il y avait 20 secondes d’électricité pour 5 minutes de noir. On n’a pas vu grand chose de France – Belgique. Enfin exactement comme dans le film quoi : un peu de son, puis un peu d’image, et puis noir complet.

Tableau 4 : Lake Manyara

C’était une réserve animalière près d’un lac.

Tableau 5 : Pole pole

En maasai, « pole pole » ça veut dire « tranquille », « posé ». En gros c’est un jour où on n’a pas foutu grand chose de très découverte… On n’est pas des bons élèves. Surtout que c’était que le quatrième jour, quoi. Gros flemmards. Ah oui ! Et quand le guide dit « c’est pas moi le bleu » en fait il essaie de dire « j’sais pas moi, le bleu ». Nan, je le précise, parce que nous on a mis du temps à comprendre. On se disait « bah c’est pas nous non plus, mais où veux-tu en venir ? »

Tableau 6 : Ngorongoro Crater

J’ai une théorie personnelle sur ce lieu : c’est ce qui a inspiré le cratère d’Un’goro dans Wolrd of Warcraft. C’est pour cette raison que j’ai choisi une musique du jeu vidéo. Sinon, pour la petite histoire, il s’agissait d’un volcan de plus de 5000 mètres d’altitude — plus haut que le Kilimandjaro — qui s’est affaissé, créant un gigantesque cratère. Les roches volcaniques de cette zone contiennent des minéraux spéciaux, se retrouvant dans la végétation riche. Ainsi, les animaux en ingèrent, et se développent davantage. Par conséquent, le cratère de Ngorongoro abrite les plus gros éléphants du monde. C’est un groupe de ces derniers qui nous « attaquent » le matin, dans la brume. La voiture les énerve, et quand ils s’approchent, le chauffeur fait marche arrière. Les rugissements répétés du moteur ne les font pas fuir. Et puis, eux ils pèsent 5 tonnes, et vous pouvez faire toutes les blagues que vous voulez sur ma mère, la voiture ne dépasse pas les 2 tonnes.

Tableau 7 : Serengeti

Au début j’avais écrit « Serenghetti » genre comme spaghetti. Nan mais j’vous jure. Enfin bref c’est vraiment une zone gigantesque : 14 763km².  La petite épopée de ce passage, c’est celle des bleus. On a réussi à trouver un bar de brousse, perdu dans le serengeti, et on a bu de la bière du même nom. Casse la démarche.
À un moment, on voit du feu dans la vidéo : les tanzaniens pratiquent l’éco-boisage ; ils brûlent intentionnellement près de 80% du parc chaque année pour que la végétation se renouvelle et reparte sur un sol riche. Allez savoir si ça marche.

Tableau 8 : Zanzibar

À savoir que la Tanzanie est en fait politiquement et linguistiquement l’union du Tanganyika — la partie sur le continent — et de Zanzibar — l’île. Cette dernière incarne le cliché de l’île paradisiaque : eaux turquoises, sable blanc et fin, richesse de la faune aquatique, végétation tropicale… Très sympa.

Tableau 9 : Stone Town

Il s’agit de la capitale de Zanzibar. À savoir que la capitale de la Tanzanie est Daar-es-Salam, sur la côte du Tanganyika, au plus proche de Zanzibar.

Joachim Laurent

Laisser un commentaire

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus